Psilocybe en solo

Source de l’image: Vidéo de Jonna Jinton, Bain en eau glacée – ressentir la puissance énergétique émanant du froid: « I want to surrender… life truly begins outside our comfort zone… » (oui, Jonna Jinton est vraiment capable de réaliser ce genre de vidéo toute seule, en pleine nature, sans supervision, sans trucages).

Spéciale dédicace aux femmes.

Page consacrée aux infos qui permettent de se préparer à une expérience psychédélique en solo, sans trip sitter, sans thérapeute, sans blouse blanche.
Si vous avez d’autres suggestions, merci de m’en faire part: carolinevigneron@hotmail.fr.

Préambule, raison d’être:
Prendre des psilo (champignons ou truffes/sclérotes psilocybe), c’est un peu comme de se faire un lavement: on peut le faire seul à la maison, ou bien on peut aller voir un hydrothérapeute pour se faire faire une hydrothérapie du côlon.
J’ai testé les lavements en solo à la maison et l’hydrothérapie, et les expériences psychédéliques en solo ou en présence d’une personne « sobre », donc oui je parle en connaissance de cause.
La poche à lavement coûte dans les 15 euros, environ le même prix qu’un sachet de 15g de sclérotes psilocybe, légales et taxées comme du café aux Pays-Bas depuis 2019 (aliment de luxe/stimulant; références: Are magic truffles legal in your country? ; Belastingdienst). La poche à lavement peut être utilisée pendant des années. Le sachet de truffes peut servir pour 1 à 15 expériences (de la dose psychédélique relativement forte, au microdosing, quand on sait faire sécher; un sachet de truffes une fois entammé ne se conserve pas en l’état).
Le prix de la séance d’hydrothérapie du côlon: environ 100 euros, même ordre de prix qu’une retraite psychédélique d’un weekend au Pays-Bas, qui coûte au minimum dans les 300 euros (sans les frais de déplacement; exemple), voir 3 à 10 fois plus, en fonction des organisateurs.
Je pense que prendre des psilo, en fonction de la dose, ça peut être aussi anodin qu’un petit lavement de 10cl pour une personne en bonne santé, ou changer la vie (voir la sauver quand les fonctions éliminatives et le péristaltisme sont en sérieuses difficultés), et oui, faire ça sous supervision, c’est un peu comme de se mettre à poil devant quelqu’un et de lui confier notre « intimité ».
D’un côté, ça peut être comme de passer un après-midi sur une plage naturiste en famille, ou pas du tout! Les victimes de violences gynécologiques, obstétriques, psychiatriques et médicales en général, et ceux qui connaissent le sujet de ces violences, comprendront peut-être à quel point ça peut aussi être « délicat ». Ceux qui ignorent tout du sujet peuvent se documenter facilement, par exemple en lisant des articles et en regardant des documentaires sur l’état de la psychiatrie en France (ex.: En France, une psychiatrie à la dérive). Même un thérapeute parfaitement diplômé et très bien intentionné peut faire des dégâts. Un thérapeute peut être très bienveillant et très incompétent dans de nombreux domaines, souvent même sans en avoir conscience.
Pour moi, répéter qu’une expérience psychédélique doit être faite sous supervision, c’est comme de dire que personne ne devrait se faire des lavements tout seul.
Répéter que « ATTENTION!!! Si on prend des psychédéliques, pour que ce soit bénéfique, il faut que ce soit légal et supervisé!!! », premièrement, c’est sous-entendre que « Si c’est dans un cadre illégal et fait en solo, ça sera une catastrophe », et je crois que beaucoup de gens le comprennent dans ce sens, deuxièmement, c’est complètement infondé scientifiquement.
Si j’ai tord, n’hésitez pas à me le démontrer, preuves scientifiques à l’appui (je ne vous demande pas juste votre opinion, je vous demande sur quelles preuves scientifiques vous la fondez).
Vu à quel point l’expérience psychédélique peut changer la vie, tenir un discours de censeur qui peut priver certaines personnes de cette expérience, cela génère potentiellement ce qu’on appelle en médecine et dans le monde du handicap une « perte de chance » qui sera susceptible de nuire à l’individu, sur le court et le long terme.
Alors que « Primum non nocere »: d’abord, ne pas nuire.
Le discours de censeur, qui pourrait se résumer par « Tu es un éternel petit bébé chétif et incapable », tend aussi à nier les capacités d’apprentissage de l’individu, sa responsabilité, son autonomie, sa souveraineté, son droit à la liberté de conscience, de corps et d’esprit, sa force vitale, son instinct de Vie et de préservation, sa nature d’être libre et sacré…, tout ce qui fait la Vie en lui.
J’ai l’intime conviction que la véritable réduction des risques liés aux substances psychoactives passe, non pas par la prohibition et la censure, mais par l’éducation et le partage d’information comme celles qui suivent.
Prenez soin de vous! Informez-vous!

Sur ce blog:

Trip report – Psilo en solo, ma première fois: comment je me suis préparée à ma première expérience, comment ça c’est passé, comment je la débrief.

Mon expérience de psychonaute chamanisante: quelques uns des fruits de mes près de 80 expériences avec des « psilo », dont une méthode de séchage des truffes/sclérotes.

The ideal setting: the Hobbit way: mon setting idéal, en image et en anglais (l’option du clic droit de l’ordinateur permet d’accéder à la fonction « traduire en français »). Un « cadre » d’expérience idéal peut valoir un bon trip sitter.

Comment faire une « cérémonie »:
La cérémonie et le psilo, 1ère partie
La cérémonie et le psilo, 2ème partie

Le bad trip, ou comment travailler avec des psychédéliques: mon premier article sur le sujet, comment gérer un bad trip. Je reste globalement en phase avec cet article écrit il y a près de 6 ans, à l’exception de la dernière phrase, « le trip est à l’inétreur »: ça, c’est surtout valable au début, quand on expérimente en reproduisant le cadre clinique, allongé sur un canapé, mutique, avec un masque sur les yeux.

Maria Sabina, la Sage aux champignons sacrés (psilocybe): le PDF de l’autobiographie de Maria Sabina, qui mentionne sa première expérience, vers l’âge de 5-7 ans, sans supervision.

Spirit possession as a working technic: ce que les Occidentaux appellent communément la « possession » peut survenir sous psychédéliques. Autant être prévenu! C’est une méthode de travail très commune en chamanisme (aussi parfois appelé médiumnité, incorporation, adombrement…) et ça n’a rien de démoniaque ni de psychiatrique, surtout lorsque c’est maîtrisé (dans le cadre d’une cérémonie).

Biblio/video/webographie

Ailleurs:

L‘obéissance a toujours été plus dangereuse que la désobéissance civile: entretien France Soir avec Sonia Delahaigue, psychologue.
Voir aussi une version écrite de l’argumentaire: L’extraordinaire banalité de la maltraitance.
Cette psychologue nous rappelle ce qu’est la maltraitance, ainsi que la différence entre des règles éducatives de protection (scientifiquement fondées) et des règles éducatives de domination (scientifiquement infondées).

L’expérience de Milgram en 2 minutes: comment il est facile de se soumettre à une blouse blanche, à un représentant de l’autorité, que ce soit pour faire ou ne pas faire quelque chose, et comment cela peut être néfaste.

Playlist Youtube consacrée à l’expérience psychédélique en solo: différents youtubers racontent leur expérience solo et/ou leurs conseils pour expérimenter seul

Maria Sabina: documentaire montrant le « set & setting » de la guérisseuse Mazatec (pas d’électricité, éclairage aux bougies, sol en terre battue, encens local, psalmodie/prière à voix haute, au contact des « éléments », loin des villes…)

La page consacrée aux Psilocybe sur le site Psychoactif
La page consacrée aux champignons à psilocybine sur Erowid
How to trip alone on shrooms, sur le site de Wholecelium
Doing shrooms alone, par Danielle Simone Brand
La page consacrée aux Psilocybe sur le site Tripsitter:

Exemple de page en anglais traduite en français par mon navigateur web (Google Chrome). Source: Tripsitter.com
Dans cette liste, on notera l’absence de « En l’absence d’un superviseur/trip sitter ».

Pour faire votre propre recherche d’information, par exemple via Qwant, penser à utliser l’anglais:

Notez que, d’après Qwant, les 3 vidéos les plus populaires sur ce sujet sont réalisées par des femmes (en date du 5 décembre 2021). Il me semble que c’est ce qu’on pourrait appeler une donnée statistiquement « significative », d’autant plus dans un groupe (la communauté/ »scène » psychédélique) où les femmes ont tendance à être sous-représentées: dans des sociétés patriarcales, les femmes sont plus à risque d’abus par une figure d’autorité que les hommes, aussi, elles seront d’avantage susceptible de remettre en question les « superviseurs », peut-être d’autant plus quand elles ont déjà pris la liberté d’expérimenter des substances illégales qui ont tendance à booster l’éveil de la conscience.