Spiritualité et efficacité thérapeutique des psychédéliques

Est-il fondé d’affirmer que « l’expérience mystique se tient au cœur de l’efficacité thérapeutique des psychédéliques » (source)?

Dans la vidéo ci-dessous, le Dr Alexander Belser cite quelques chiffres:

13% des améliorations d’une dépression sont médiés (c’est à dire facilités, permis) par une expérience mystique vécue sous psychédélique.

87% des améliorations seraient médiés par d’autres facteurs indéterminés.

Ces chiffres sont tirés de cette publication: Psilocybin produces substantial and sustained decreases in depression and anxiety in patients with life-threatening cancer: A randomized double-blind trial, dans laquelle on peut lire en effet qu’une « expérience de type mystique a un rôle médiateur dans la réponse thérapeutique positive » (« mystical-type experience has a mediating role in positive therapeutic response »).

Vivre une expérience mystique ou spirituellement significative n’est donc pas le seul facteur indispensable pour pouvoir tirer un bénéfice thérapeutique d’une expérience psychédélique. Il n’est qu’un des facteurs permettant de prédire des effets thérapeutiques, un parmi beaucoup d’autres.

Remarque n°1 :
Qu’est-ce que les chercheurs en psychologie/psychiatrie considèrent comme une expérience mystique ?
Savent-ils que le vécu des participants des rave ou free party/festivals touche parfois à l’expérience mystique ?

Remarque n°2 :
On étudie les effets thérapeutiques des psychédéliques dans le cadre de la thérapie assistée, dans un cadre clinique (en cabinet, encadré par des thérapeutes).
Il semble entendu, implicitement, que si seul ce cadre d’utilisation est étudié, c’est qu’il est le seul à pouvoir être efficace.
Or, on n’étudie pas les effets thérapeutiques des psychédéliques utilisés dans d’autres set & setting, dans d’autres cadres d’utilisation.
Il n’y a jamais eu à ma connaissance d’étude comparative entre les effets d’une dose prise dans le cabinet d’un thérapeute par rapport à la même dose prise autrement :
– dans un « set & setting » similaire au cadre clinique, pour guérison, au calme, en sécurité à domicile, confortablement installé dans un canapé, mais seul
– dans un festival ou une free party, sans mélange de substance, avec des amis
– dans un lieu familier, calme, sûr et confortable, pendant une soirée entre amis

Tant que ces autres cadres d’utilisation ne seront pas étudiés, il me semble qu’il sera scientifiquement incorrect de prétendre qu’ils ne peuvent pas avoir d’effet thérapeutique.

Pour des références sur les expériences spirituelles vécues dans des cadres récréatifs, voir:
Psychédéliques : usage récréatif & spiritualité

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s